Activités physiques
Des définitions :
Définition santé selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « la santé n’est pas seulement l’absence de maladies ou d’infirmités, mais un état de total bien-être physique, mental et social (charte constitutive 1946)

Définition activité physique : Elle comprend tous les mouvements corporels produits par la contraction des muscles squelettiques entraînant une augmentation de la dépense énergétique au-dessus de la dépense de repos. L’activité physique se différencie de celle du sport : c’est la réalisation de mouvements du corps et de ses membres à l’aide de la contraction des muscles.

Avoir une activité physique ne nécessite pas de faire un exploit sportif : marcher plus de 30 minutes par jour est considéré comme avoir une activité physique réelle qui aura des bienfaits sur sa santé physique et morale et contribue par ailleurs à une meilleure intégration sociale de la personne dans son environnement et permet de maintenir une bonne qualité de vie. Elle diminue l’anxiété et la dépression, aide à se relaxer, améliore la qualité du sommeil, amélioreles qualités cognitives, favorise la résistance à la fatigue, permet une meilleure estime de soi.

Définition sport santé
Le sport santé peut se définir comme la pratique d’activités physiques et sportives (APS) qui concourt au bien-être et à la bonne santé du pratiquant. Elle s’appuie sur une approche de type « RASP » : régulière, adaptée, sécurisée, progressive.
Pourquoi faire de la prévention à ce sujet ?
Pour lutter contre certaines pathologies  

– Obésité

Maladies cardiovasculaires

Vieillissement

Risques Psychosociaux

– La sédentarité

– les Troubles musculosquelettiques

L’organisation et l’environnement de travail peuvent augmenter le risque de TMS et le niveau de stress
– Insatisfaction dans le travail
– Manque d’alternance des tâches
– Surcharge de travail
– Avenir professionnel incertain

Les zones du corps les plus sensibles aux TMS
– Bas du dos 65%
– Nuque, cou 55%
– Genoux, jambe 41%
– Epaule 36%
– Mains, poignets, doigts 28%
– Coudes, avant-bras 17%
Dossier : Le bilan sport santé des Français
Source : filière sport santé bien-être – N°51 novembre 2017

L’efficacité médicale de l’exercice physique n’est plus à prouver – une activité sportive adaptée augmente de 50 % les chances de guérison du cancer et réduit le risque de récidive d’au moins 30 %.

Mais pour que l’activité physique se généralise, il faut lever les freins,tels que l’absence de financement national et la méconnaissance réciproque des deux mondes. Heureusement, un certain nombre d’acteurs ont pris les devants et commencé à rapprocher sport et santé : certaines collectivités locales et mutuelles, médecins (souvent sportifs eux-mêmes, mouvement sportif, comité national olympique)…..Tandis que l’économie numérique*  fait émerger des nouvelles solutions de suivi personnalisé pour les patients et les sportifs.

L’ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGRESSE

2006 % total

2015 : 61 % total

LA SÉDENTARITÉ AUGMENTE

Pourcentage d’adultes passant trois heures et plus par jour devant un écran (télévision, ordinateur ou console de jeu)

2006 : 3h20mn

2015 : 5h07mn

22.3 % des femmes et 16.8 % des hommes cumulent un niveau élevé et un niveau d’activité bas, deux facteurs de risque de maladies non transmissibles.

LES FRANÇAIS EN DESSOUS DES RECOMMANDATIONS OMS (nombre de pas)

Trois français sur quatre font moins de 10 000 pas par jour. Cette recommandation de l’Organisation mondiale de la santé, qui a la valeur relative de toutes les moyennes, est désormais connue par 51 % des Français, contre 36 % il y a deux ans.

2012 : 9 017 pas

2016 : 7 911 pas

Moyenne des pas/j sur 5 ans 7 889 pas et 7 663 pas/j n PACA

LE TRAVAIL EST FACTEUR DE SÉDENTARITÉ

Distribution des comportements sédentaires des actifs heures par jour travaillé

Total 12.15h par jour dont 12.03h pour les femmes et 12.69h pour les hommes

Distribution des comportements sédentaires des actifs heures par jour non travaillé

Total 9.43h par jour dont 9.43h pour les femmes et 9.46h pour les hommes

LA SANTÉ EST AU CŒUR DES MOTIVATIONS DES PRATIQUANTS

Taux de pratique d’une activité physique ou sportive 57 % (régulière, au moins 1 fois par semaine), 27% ne pratiquent pas et 16 % pratiques moins régulièrement.

Motivations la santé (41%)

la détente (39%)

la dépense physique 35 %

LES RÉFRACTAIRES RESTENT DIFFICILES A CONVAINCRE

Raisons de l’inactivité physique ou sportive :

n’aime pas ça 31 %

n’a pas l’âge de pratiquer 22 %

est malade ou handicapé 17 %

est pris par d’autres activités 16 %

trouve que c’est trop cher 15 %

L’activité physique pour les publics qui en sont le plus éloignés et à besoins spécifiques. Pour une personne en situation de handicap.

Qui fait, doit mener cette démarche ? et quand ?
La démarche en mode projet doit être portée par une équipe pluridisciplinaire (direction les agents et tous les acteurs susceptibles d’apporter une expertise et un appui (CHSCT, médecin de prévention, SSTI…..)).
Les outils mobilisables

Comment et pourquoi encourager la pratique ?

Un esprit sain dans un corps sain. Si l’adage est connu des parangons de l’alimentation saine et de la pratique d’une activité sportive régulière, qu’en est-il de l’entreprise, lieu où les salariés, cadres et dirigeants passent le plus clair de leur temps ?

Dossier sport en entreprise : les questions que vous n'aurez plus à vous poser
Améliorer les conditions de travail ? Maintenir mes salariés en forme ? Développer l’esprit d’équipe ? Développer la marque employeur de mon entreprise ? Les raisons de développer une politique autour du sport en entreprise sont nombreuses.

1.“D’accord pour le faire mais nous n’avons pas la place et nous n’avons pas de douches…”
La place vous pourrez la trouver facilement. Une salle de réunion pourra très bien se transformer en zone sportive un jour de la semaine entre 12 et 14h ou un soir entre 18 et 19h. Seule règle à respecter : après l’entraînement ranger ses affaires !
Pour les douches pas d’obligations légales de ce côté là. Si vos locaux sont conformes pour recevoir des réunions, ils le seront pour un petit cours de Yoga, vous pouvez être sereins sur ce sujet.

2.“Y’a t’il des contraintes d’organisation ? Des normes d’affichage? Un défibrillateur à avoir ?”
Oui quelques unes. Vous devez affichez le tableau d’organisation des secours avec numéros et adresses des personnes et organismes susceptibles d’intervenir en cas d’urgence ainsi qu’une copie de l’attestation du contrat d’assurances de responsabilité civile. Également vous devez disposer d’une trousse de secours à proximité.

3.“A propos des assurances, faut’il en souscrire une spécifique?”
Non. Vous devez simplement prévenir votre assurance pour la responsabilité civile.

4.“Et s’il y a un accident, qui est responsable?”
Tout va dépendre de qui est l’organisateur : association sportive ? CE ? La responsabilité de l’organisateur sera recherchée en cas de manquement à l’obligation de conseil ou de sécurité. C’est une obligation de moyens, donc la responsabilité ne sera pas toujours engagée. Quelles sont les fautes de nature à engager la responsabilité ?
– Manquement au devoir d’information
- Défaillance dans l’organisation de la sécurité et des secours
- Défaut d’information sur les risques couverts par l’assurance.
Si vous disposez d’un CE, par exemple, celui-ci peut créer une association pour l’organisation de ces activités.

5.“Et pour l’agent s’agit il d’un accident du travail?”
Le salarié victime bénéficie d’une présomption d’imputabilité au travail dès lors que l’accident est survenu au temps et sur le lieu du travail.
Mais l’employeur ou la Caisse Primaire peut alors prouver que l’accident est étranger à l’activité professionnelle, auquel cas il serait pris en charge comme un accident de la vie privée, au titre de l’assurance maladie.

6.“Faut-il demander un certificat médical aux agents?”
Le code du sport impose la demande d’un certificat médical uniquement dans le cadre des compétitions sportives et de la délivrance d’une licence sportive. Pas de contrainte de ce côté là donc. Si vous le jugez nécessaire, une invitation à en parler à son médecin sera donc suffisante.

7.“Pour faire du sport en entreprise il faut un budget ?”
Vrai et Faux 🙂 Vous pouvez simplement organiser des sorties running pour les pratiquants en étant souples sur les horaires de travail par exemple. Une activité fitness dans une salle de réunion est également très abordable. 15 nattes et quelques accessoires fitness ne devraient pas dépasser 100€ et cela vous permettra de faire un premier pas.

8.“Et pour les non sportifs que peut’on proposer ?”
Encore mieux ! Vous pouvez offrir quelques Gym balls pour remplacer votre fauteuil quelques minutes ou quelques heures dans la journée. Cela sera une excellente occasion de muscler votre dos et d’éviter le mal de dos lié à la position assise. N’hésitez pas également à proposer quelques postes de travail debout.

Autres initiatives

Monter des accompagnements d’éducation à la santé avec la CRES ou les CODES

Mettre en place des formations pour agents

Faire de la communication ou relayer des campagnes de communication nationales

Faire des dépistages par les médecins de prévention ou les SSTI

Proposer des quizz/questionnaire (Renvoi sur les démarches et outils fiche évaluer son stress)

Inciter les agents à la pratique d’activité physique avec les chèques sportifs

Mettre à disposition des agents des douches pour ceux qui pratiquent une activité physique sur leur pause méridienne

Proposer un Coaching sportif en entreprise

Négocier des créneaux et des tarifs préférentiels avec les infrastructures à proximité (piscine, salle de sport,etc.)

Créer des affiches pour inciter les déplacements doux (vélo, marche/ ascenseur) type parcours au sein des locaux

Créer des olympiades inter-entreprises pour fédérer les agents

En effet, les courses inter-entreprises se multiplient. Ces événements sportifs sont un excellent moyen de fédérer les agents et de favoriser une pratique sportive. Les challenges sportifs d’entreprise sont ouverts à tous les niveaux et permettent de développer l’esprit d’équipe en proposant un défi dont la réussite dépend de la cohésion. Enfin, hormis le sport, aménager un espace de convivialité avec des activités simples contribue également au bien-être des salariés, qui passent des moments de détente et de décompression entre agents.
A suivre : Le bilan sport santé des Français

500 maisons du sport santé très expérimentales A quoi ressembleront les 500 maisons du sport santé bien-être promises dans le programme présidentiel d’Emmanuel MACRON ? Sans livrer toutes les clés, Laura FLESSEL, ministre des Sports, en a esquissé les contours lors de son audition conjointe avec Agnès BUZIN, ministre de la Santé, par les commissions des Affaires culturelles et des Affaires sociales de l’Assemblée nationale, le 26 septembre dernier : « Nous souhaitons qu’elles soient conçues comme des « livings lab », c’est à dire des lieux d’innovation rassemblant des professionnels du sport et des personnes éloignées de la pratique sportive, où seront conçus des parcours d’activités physiques et sportives personnalisés. »

Vous l’avez compris, le sport en entreprise c’est possible même dans la votre ! Il faut juste adapter les propositions à vos contraintes (niveau de pratique, m2, organisation…) !

Alors, quand est-ce que l’on commence le sport en entreprise ?